II - 19

C’est pour cela que je suis passé aux photos; j’en ai regardé cinq. C’est pourquoi il y a plus de choses qu'il vaudrait mieux ne pas écrire que de choses qui gagneraient à l'être; le récit a quelque chose… C’est pourquoi il y a plus de choses qu'il vaudrait mieux ne pas écrire que de choses qui gagneraient à l'être. C’est proprement fantastique et génial. C’est qu’éclata le scandale qui l’accula au suicide. C’est qu’il a l’impression que quelqu’un les suit, peut-être même les filme avec son téléphone portable. C’est qu’il s’est aperçu que l’adresse du destinataire n’était pas la sienne. C’est quand même assez proche, d’autant que Grouberman a aussi disparu sans raisons précises en 1984. C’est quand même Noël! Sortir? Inutile d’espérer trouver des amis au club et le quartier sécurisé des pubs doit être désert. C’est là que les choses commencèrent. C’est là que les choses se sont gâtées pour elle, comme si la securitate savait quelque chose et commençait à se méfier: elle n’avait plus obtenu d’autorisation de quitter la Roumanie, elle était la cible constante de menaces imprécises, travailler lui devenait de plus en plus difficile comme si elle était sur une liste noire, son courrier était manifestement surveillé, il lui semblait parfois être suivie, elle sentait que les officiels la regardaient avec méfiance. C’est là que les choses sérieuses ont commencé. C’est là que, comme dans la stroboscopie d’un rêve, elle se redressa lentement, se pencha sur lui, l’embrassa avec une langueur inouïe. C’est que, hésite-t-il, mes chaussettes sont trouées c’est raté. C’est raté: les quelques rares buveurs qui fréquentent le café sont des solitaires qui, ne sachant où aller, traînent sans but, cuvent leur solitude jonchés sur des tabourets de bar. C’est rendre un mauvais service à l’humanité que de faire croire à cette permanence des mille et une nuits: le pays est en ruine, les rues sont sales, les habitants misérables, les gens fourbes, méfiants, prêts à tout pour gagner quelques dollars, les hôtels sont minables, leur climatisation défaillante, la nourriture médiocre et très peu variée, la plupart des monuments anciens sont soit délabrés soit refaits à la façon d’un Disneyland. C’est simple, efficace. C’est simple, m’a-t-il dit, il suffit de créer un petit programme qui réécrit vos textes en miroir puis de lancer un correcteur d’orthographe anglais. C’est simple, pour qu’une carte Visa soit utilisée, il faut deux choses: posséder la carte et posséder son code. C’est super, c’est sûrement pas l’affaire de ta vie, t’en verras d’autres!. C’est ton premier garçon, tu t’inquiète pour une attitude que tu trouveras normale chez Tery quand il aura le même âge!. C’est toujours ça de pris. C’est toujours comme ça au début. C’est toujours un début de piste, remarque-t-il d’un ton résigné. C’est tout. C’est tout aussi impossible, me répondit-elle, ma famille, mes amis, tous en subiraient les conséquences, je ne peux les sacrifier! c’est tout ce que je sais c’est tout ce que je sais. C’est tout ce que je veux. C’est tout de même la femme du Général, répond. Charlus à Elstir: "oubliez vos griefs personnels. C’est tout et tout est fini". Il est absent à lui-même, les passagers le poussent du passage, le mettent à l’écart, il ne sent rien, ne voit rien, il est comme paralysé, sa tête est en plein émoi, il ne sait plus s’il souffre; pour conserver quelques instants encore l’image de sa silhouette, il ferme les yeux, s’effondre sur un banc crasseux. C’est tout faux. C’est tout, j’avais discuté avec eux et j’avais appris que tous les deux parlaient plusieurs langues, que le père du garçon était écossais et sa mère turque. C’est très compliqué, ça demande à ma machine un grand nombre de calculs d’autant que le système dynamique peut changer, il n’est pas obligatoirement basé sur des additions,peut l’être sur des multiplications ou toute une série de formules de relations plus complexes. C’est trop dur de trouver du taf sans connaître personne. C’est trop tôt, mon but est bien de tout vous dire, pardonnez-moi, il me faut du temps: je n’ai pas que ça à faire, et résumer en quelques mails quinze ans de mésaventures ne permet pas de bien les comprendre. C’est un art d’une subtilité extraordinaire dont il n’a jamais parlé et qui n’est pas fait pour être perçu par les spectateurs de ses images. C’est un assez gros fichiers de plusieurs mégaoctets de données. C’est un compliment ou un reproche? C’est un couloir sombre, murs lépreux, odeur d’urine, de vieille graisse, donnant sur un étroit escalier de bois aux marches bancales. C’est un diminutif classique, elle réfléchit, "zut, tu as raison". au Goodbar, il avait rencontré un nommé Dad (c’est un drôle de roman, je ne comprends pas où vous allez). C’est un étrange paradoxe j’avoue qu’il ne me déplaît pas. C’est un fait. C’est un gros fichiers de plusieurs mégaoctets de données. C’est un lieu assez retiré, peu fréquenté des touristes et, marchant dans le dédale des rues vénitiennes, je me demandais pour quelles raisons cette échoppe avait bien pu décider de s’ouvrir dans ce coin. C’est un peu confus, je crois qu’il y a une différence radicale, c’est un peu particulier, c’est un peu sophistiqué et je crois devoir vous rappeler où j’en suis maintenant arrivé: dans les fichiers de poésie arabe se trouvent des références à des personnes réelles, dont je connais certaines. C’est un territoire inaccessible au virtuel.